Skip to content

Sacrifice et compromis: quelles différences?

sacrifices, compromis, besoins, limites

Dans un monde qui réussi à la fois à encourager l’individualisme tout en valorisant le fait de faire passer les autres avant soi, difficile de s’y retrouver. Faut-il penser à soi d’abord, sans jamais bouger de ses positions, et se préserver au risque de passer pour une horrible personne? Ou se sacrifier pour le bonheur des autres, au risque de s’oublier totalement et d’être malheureux.se ? Et puis surtout: où est le juste milieu dans cette histoire? (Lecture: 5min21).

Sacrifice ou compromis?

Je pourrais me contenter de vous donner mes propres définitions, mais pourquoi s’embêter alors que nos ancêtres ont inventé ce truc formidable qu’est le dictionnaire? D’après le Larousse, un compromis implique des concessions, tandis qu’un sacrifice implique un renoncement. Prenons un exemple de la vie quotidienne pour mieux illustrer tout ça. 

Vianette et Nelvine veulent aller au ciné. Fan de SF et de Timothée Chalamet, Vianette veut absolument voir Dune – et on la comprend, au grand désespoir de sa pote qui ne supporte pas ce genre de films. Nelvine, elle, veut aller voir le dernier OSS117, mais Vianette déteste Jean Dujardin depuis sa rupture avec Alexandra Lamy – et on la comprend. Que faire? Les options sont multiples.

Dans le cas d’un vrai compromis, nos deux amies se mettraient d’accord sur un 3ème film, qu’elles ont toutes les deux envie de voir. Dans le cas où elles n’arriveraient pas à se mettre d’accord, elles ont toujours l’option de trouver une autre activité à partager ensemble et d’aller au ciné avec d’autres personnes. Il s’agit ici de préserver son besoin et de s’assurer que chacun.e y trouve son compte.

Un sacrifice reviendrait à ce que l’une des deux abandonne son choix et se force à aller voir le film de sa pote. Elle aura alors payé pour passer du temps à faire quelque chose qu’elle n’aime pas, ce qui n’a franchement aucun sens. Dans ce cas, une personne est ravie, et l’autre pas du tout.

Un mi-sacrifice mi-compromis pourrait être d’aller au ciné deux fois de manière rapprochée afin que chacune accompagne l’autre voir le film de son choix. Mais pourquoi se forcer à faire quelque chose qu’on aime pas au lieu de partager un bon moment et de laisser l’autre aller au ciné avec quelqu’un qui sera vraiment content d’y aller avec elle?

La générosité a ses limites

En lisant la ligne précédente, vous avez peut-être pensé que Vianette et Nelvine n’avaient pas forcément d’autres ami.e.s, et que quand même, se forcer un peu pour faire plaisir à quelqu’un de temps en temps, c’est ok. Peut-être même pensez-vous qu’il s’agit là d’une forme d’amour? 

Imaginons une seconde que, dans le scénario précédent Nelvine ait fini par céder. Elle se dit que ce n’est pas si terrible, que ok, le film dure 2h30, mais bon… Vianette est hyper contente, elle ça la rend heureuse de faire plaisir à sa pote, et puis ça lui renvoie une bonne image d’elle-même.  Petit à petit, une habitude risque de s’instaurer entre nos deux amies: Vianette propose des choses, insiste un peu, Nelvine capitule par ce qu’elle estime être de l’amitié et de la gentillesse.

Et puis soudain, par un beau jour de printemps, notre amie s’aperçoit qu’elle passe son temps à faire des trucs pour sa pote qui ne lui rend jamais. Elle a du aller voir OSS117 toute seule, fait passer les besoins de Vianette avant les siens, et est dans l’attente permanente d’un retour qui ne vient jamais. Alala, t’as vu, les gens sont pas reconnaissants, tu leur donnes un doigts, ils prennent tout le bras et disent même pas merci. Là, Nelvine, hyper vénère, déballe toute la frustration accumulée contre sa copine pendant ces derniers mois, Vianette se défend à coup de « t’avais qu’à dire non, et en plus régulièrement tu fais des trucs que je t’ai même pas demandé », ça part en octogone et paf, c’est la fin de leur amitié.

Est-ce que Vianette devrait être un peu plus sympa et se forcer à faire des trucs qu’elle déteste pour Nelvine, sous prétexte que c’est ce que cette dernière fait pour elle? Ou est-ce que Nelvine aurait du depuis longtemps poser ses limites et expliquer à Vianette que leur fonctionnement ne lui convenait pas? Ou est-ce un mélange des deux? 

Penser à soi sans se couper des autres

Est-ce à dire qu’il faut vivre uniquement centré sur soi, faire preuve d’égoïsme et éviter tout acte de générosité? Faut-il être un gros connard ou une grosse connasse pour être heureux.se? Ce n’est absolument pas ce que j’ai dit donc calmez-vous et arrêtez de partir dans de tels extrêmes. Ne seriez-vous pas sous l’influence d’un petit « tout ou rien » par hasard? Si vous avez l’habitude de me lire, vous savez ce que je vais dire ici: dans la vie, tout est question d’équilibre. 

sacrifices, compromis, besoins, limites

Je vous propose d’embarquer avec moi dans une sublime métaphore filée. Partons du principe que nous avons tou.te.s une barre d’énergie, à la manière de nos smartphones. Le matin, elle est pleine, à 100%. Si nous utilisons cette énergie pour nous occuper des autres toute la journée, il est très possible que, une fois le soir arrivé, nous n’ayons plus assez de force pour nous faire à manger – alors que c’est un besoin vital. Comme on a aidé des gens non stop, on se dit qu’à tout moment l’un d’entre eux va venir « rendre un peu » en nous cuisinant un bon petit plat. Si quelqu’un vient effectivement, bon ben c’est cool.

Mais si personne ne vient…. Bonjour la frustration, la baisse de l’estime de soi (« ah bah voilà, comme d’hab, trop bon trop con, c’est toujours pareil, les autres sont méchants, je me fais toujours avoir, je suis nul.le et trop naïf.ve… »). Sans compter que je crève la dalle. Si je fais ça à répétition, je risque de me retrouver dans une solitude extrême, à me convaincre que mon temps donné aux autres fait de moi une bonne personne, sans comprendre pourquoi on ne me le rend pas – avant, évidemment, de mourir de faim et d’isolement. Dans cette situation, on est à 100% dans le sacrifice: je fais passer les besoins des autres avant les miens et attends que quelqu’un d’autre se pointe pour gérer mes besoins à ma place. 

Imaginons maintenant que je commence par m’occuper de moi. Certains jours, cela me prendra 100% de ma batterie, et si une personne me demande de l’aide, je devrai, pour me préserver, refuser ou lui proposer de l’aider à un autre moment. Si c’est un besoin urgent, je peux décider de me rendre disponible en laissant tomber un de mes besoins (c’est un choix), ou laisser l’autre s’adresser à quelqu’un dont la barre d’énergie n’est pas vide. D’autres fois par contre, répondre à mes besoins ne me prendra que 70% de mon énergie. Je pourrai alors donner gaiment mes 30% restant à mon prochain. Et là, plus d’attente ni de frustration, puisque le temps que j’aurais donné était pour moi du bonus, je n’ai donc pas besoin qu’on me le rende. Vous voyez l’idée?

Le premier scénario consiste donc à se sacrifier, tandis que le second implique de chercher des compromis (c’est à dire une solution qui s’assure que tout le monde est content.e et tient compte des besoins de chacun.e). 

Et vous, dans quel scénario vous préférez être?

Leave a Comment