Skip to content

Comment et pourquoi les distorsions cognitives vont changer votre vie

Je vais vous détailler aujourd’hui un principe que nous avons appliquons tous, dans le plus grand des calmes : les distorsions cognitives. Savoir les reconnaitre et les stopper change radicalement la vie et est sans aucun doute une des aides les plus importantes pour mes client.e.s dans le travail que je fais avec eux/elles. (lecture: 2min53)

Les distor… quoi?

Sous ce nom un peu barbare et obscure se cache une technique développée par notre cerveau (toujours lui !) pour interpréter les informations qui nous parviennent. En gros : on reçoit une info dont on ne sait pas trop quoi faire, on lui colle une interprétation et hop, on obtient une info qui a du sens pour nous. Mis en évidence par le psychiatre américain Aaron Beck, ces filtres mentaux ont pour effet de créer des erreurs d’interprétations qui nous maintiennent dans des pensées et des émotions négatives. Et franchement, qui a envie de rester avec du négatif à ressasser ? Pas moi ! 

Nous les utilisons tous, de façon totalement automatique et inconsciente. Nous restons donc avec des idées nulles sur nous-mêmes, les autres et le monde qui nous entoure. 

Pourquoi ça change la vie

Et bien si je vous dis que les distorsions cognitives influencent discrétos toute votre vie, de votre niveau de stress à vos relations avec les autres en passant par la qualité de votre sommeil, et qu’il est possible de les arrêter, que me dites-vous ? Comme à l’heure actuelle je suis seule face à mon ordinateur, je vais me permettre de répondre à votre place : vous me dites que ça a l’air plutôt cool et prometteur, non ? Les distorsions cognitives peuvent être la cause de réels ravages ; une situation peut tourner à l’obsession et on reste coincé.e.s avec nos pensées négatives qui tournent en boucle. Et si j’avais agit différemment ? Et s’il se passe tel événement maintenant, je fais quoi ? Est-ce que X veut dire X ou est-ce que ça veut dire autre chose, et dans ce cas, ça veut dire quoi ? 

Alors oui, je l’affirme haut et fort : prendre conscience des distorsions que nous utilisons et apprendre à s’en débarrasser peut tout changer.

Stopper ses schémas de pensées

Alors bon, si depuis le début de votre lecture vous vous dites que mon truc a l’air miraculeux et trop beau pour être vrai, c’est là que ça s’arrête. S’il est tout à fait possible de maitriser les distorsions cognitives, cela nécessite du temps et de l’entraînement. Ça n’a rien de facile, ni de magique. Il existe en tout 12 types de distorsions ; certain.e.s les utilisent toutes, d’autres seulement quelques-unes. Dans tous les cas, nous avons généralement une ou deux distorsions favorites – on n’en n’a juste pas conscience. 

Comme dirait Miss Fisher, l’une des héroïnes les plus badass de la Terre : « ça ne va pas être facile, mais ce qui importe vraiment ne l’est jamais »

La première étape pour s’en sortir est donc d’apprendre à repérer ces petites filoutes de distorsions. En mode : « ah ah ! Je t’ai vue !! Balance ton arme au sol et mets les mains sur la tête ! ». On va alors pouvoir prendre du recul et prendre conscience de ce qui est en train de se passer dans notre tête. On en profitera pour se poser quelques questions : qu’est-ce qui est en train de se passer ? Quel événement a généré ce schéma de pensées ? Est-ce que cette situation existe réellement ? Si non, ai-je vraiment envie de me prendre la tête pour un truc qui n’existe pas ? Est-ce que je peux agir sur cette situation ? Si oui, qu’est-ce que je peux faire ? Si non, qu’est-ce que je peux faire ? Quel est le pourcentage de chances pour que je trouve une solution là, maintenant, tout de suite?

Si vous suivez, vous avez probablement remarqué qu’il manque un point essentiel dans cet article : la liste de ces fameuses distorsions cognitives. Je vous ai dit qu’il y en avait 12, comme les 12 mois de l’année. Ça tombe bien puisque nous nous apprêtons à passer en 2020 ! Je vais donc publier ici tous les troisièmes jeudis de chaque mois, un article sur une distorsion cognitive ; une par mois pendant un an. Cela me permettra d’entrer dans les détails pour chacune d’entre elles, d’explorer leurs manifestations, de vous donner des exemples précis et de vous proposer des façons de s’en détacher. Alors, on dit merci qui ?? Merci Ja… Oh, attendez…

7 commentaires

  1. Cathelle sur 2 janvier 2020 à 11 h 42 min

    On reste clairement sur notre faim là ! C’est cruel 😉

    • Lauranne sur 2 janvier 2020 à 16 h 07 min

      Ahah! Mais promis, ça va me permettre de développer chaque distorsion en donnant des exemples précis, et ce sera au final bien plus complet et plus intéressant 🙂

  2. Distorsion cognitive 1: le filtre mental sur 16 janvier 2020 à 5 h 12 min

    […] promise, chose due ! Dans cet article de fin décembre, je vous expliquais ce qu’étaient les distorsions cognitives et pourquoi en […]

  3. Distorsion cognitive 2: le rejet du positif sur 27 février 2020 à 5 h 31 min

    […] que quelques exemples précis, pour mieux la comprendre. Si vous ne savez pas ce dont je parle, cliquez ici. (Lecture: […]

  4. Distorsion cognitive 3: la généralisation sur 18 mars 2020 à 18 h 28 min

    […] Si vous débarquez sur ce blog, commencez par lire cet article.  […]

  5. Distorsion cognitive 4: les conclusions hâtives sur 23 avril 2020 à 18 h 41 min

    […] Avant de lire cet article, je vous conseille vivement de lire celui-ci! […]

  6. […] Commencez par lire cet article! […]

Laissez un commentaire