Skip to content

Life Coach, c’est quoi exactement?

Le métier de life coach (ou coach de vie) est plutôt très récent à l’échelle de l’humanité. Lorsque je rencontre de nouvelles personnes, on me demande systématiquement d’expliquer ce que je fais – ce qui est super cool – en m’opposant souvent une ribambelle d’idées reçues – moins cool. Je vous propose donc de passer en revu ces clichés et de vous partager plus en détails ce qui fait l’essence de mon métier. Deal ? (Lecture: 4min32)

Ces idées reçues sur mon métier

Voici une sélection des phrases (fausses) que j’entends le plus souvent :

« Il faut avoir une sacrée confiance en soi pour donner des conseils aux gens non? » / « Tu dis à tes clients ce qu’ils doivent faire, c’est ça ? »

Alors non. Je ne donne pas de conseils, et je n’impose rien à personne. Je peux expliquer certains principes – sur le fonctionnement du cerveau par exemple – pour apporter une aide concrète. Il peut aussi m’arriver de faire des suggestions, sous forme de questions, que mon/ma client.e est libre de rejeter. Je ne suis pas Dieu, je ne lis pas dans les pensées, je ne peux donc en aucun cas savoir ce qui est le mieux pour qui que ce soit d’autre que moi-même. Et mon chat. 

Il est cependant essentiel, à mon sens, d’avoir fait un travail sur soi avant de se lancer dans l’accompagnement d’autrui.

« En fait, toi tu as tout compris à la vie et tu apprends aux autres à faire pareil »

Soyons lucides deux minutes: si j’avais tout compris à la vie, j’aurais écrit un livre sur le sujet, vous en auriez entendu parler (qui passerait à coté de « J’ai tout compris : vous aussi vous pouvez tout comprendre » ?), j’aurais fait fortune et je serais actuellement en train de me la couler douce sur mon île privée. Nous sommes tous différent.es, et il n’y a pas une bonne et une mauvaise façon de vivre. Encore une fois, je ne peux pas connaitre le meilleur chemin pour mes client.es, puisque je ne suis pas à leur place.

« Ta vie doit être vraiment géniale »

Oui, ça c’est vrai. MAIS! Déjà, ça n’a pas toujours été le cas et il m’a fallu beaucoup de travail sur moi pour arriver à me construire une vie qui me plaise. Ensuite, ma vie est géniale à mes yeux. Elle pourrait tout à fait apparaitre comme un enfer à quelqu’un d’autre. Et puis, enfin, il est important de se rappeler qu’on ne voit que ce que les autres veulent bien nous montrer, et qu’on ne connait jamais tout de leur vie. Tout est une question de tri des informations, et de façon de les présenter. Je pourrais vous raconter ma vie en ne conservant que des éléments super cool, qui vous ferait penser que je n’ai aucun problème; je pourrais vous la raconter en ne conservant que les difficultés et vous convaincre que ma vie est horrible (ouais, carrément). La vérité est au bout du couloir entre les deux.

« Coach? Coach sportif? »

Non… S’il est possible d’accompagner mentalement des sportifs, ce n’est certainement pas moi qui vous expliquerai comment bien faire un squat. 

« Est-ce que Life Coach, c’est comme Coach d’entreprise ? »

Pas vraiment. Les personnes qui se présentent comme coach d’entreprise font, en général, plutôt ce qu’on appelle du mentoring. C’est à dire qu’ils/elles guident les chefs d’entreprise pour les aider à prendre les meilleures décisions possible, établir des stratégies à court, moyen et long terme, etc. Il leur arrive également de donner des conseils en management. 

« Donc t’es une sorte de psy… ? »

Je ne suis pas psy, mais le coaching est en effet une forme de thérapie. A ceci près que cela ne consiste pas à régler les blessures du passé, mais à aller de l’avant, à trouver des façons d’obtenir ce qu’on désire pour soi, dans le futur, en travaillant sur les blocages actuels. On règle le présent pour un meilleur futur (je suis très fière de cette phrase). 

« Mais alors c’est quoi son job au final?! »
Calmez-vous, je vous explique tout!

Et donc Life Coach, c’est quoi, concrètement ?

Voici ce que je réponds, grosso modo, quand on me demande d’expliquer mon activité : 

J’ai deux types de client.es : des particuliers, et des entrepreneurs. 

Les particuliers me consultent en général pour quatre raisons principales (après j’arrête avec les « : », promis) : 

des difficultés dans le domaine amoureux (« je tombe toujours sur le même type de personne », « je n’arrive pas à rencontrer quelqu’un de bien », « je rencontre des gens mais être en couple m’est difficile »)

des difficultés sociales (« je n’ai pas vraiment d’amis », « je ne me sens pas moi-même en société », « je n’arrive pas à m’exprimer en public », « en soirée je reste dans mon coin et ne parle à personne »)

des difficultés d’image de soi (« je ne m’aime pas », « je me trouve nul.le », « je n’ai aucune confiance en moi ») 

des difficultés liées au travail (« je n’aime pas ce que je fais », « je veux changer de job mais ne sais pas quoi faire », « je veux changer de métier, j’ai une idée mais ne sais pas comment me lancer, ni si j’en suis capable »). 

Mon travail consiste alors essentiellement à poser des questions. Je fournis certains outils, je peux faire des suggestions parfois, mais dans 99% des cas, je questionne l’autre. Le but? Offrir un point de vue différent, une autre perspective, et aider la personne à avancer elle-même dans sa réflexion. Je donne aussi des exercices entre chaque session, pour continuer ce travail seul.e. Si vous voulez, c’est un peu comme être coincé.e dans un labyrinthe, et avoir tout à coup une voix qui dit : « j’ai remarqué que tu as essayé 4 fois le chemin de gauche et que tu reviens toujours au même point. Que penses-tu d’aller à droite cette fois ? ».

Les entrepreneurs viennent vers moi pour des raisons différentes. Encore une fois, mon travail ne consiste pas à leur dire quoi faire. Je leur pose des questions et nous cherchons ensemble la meilleure façon pour eux de s’organiser, regardons comment créer des objectifs efficaces; je les interroge pour les aider dans leur prise de décision… J’aime à dire que je suis un peu le « silent partner » qui n’a pas de part dans la boite. J’interviens surtout au début de l’activité (3 premières années). Pour en savoir plus sur ce sujet là, je vous renvoie à ce témoignage d’une cliente et à cet entretien, qui explicitent plus amplement cet aspect de mon travail. 

J’espère avoir réussi à vous éclairer sur mon métier, suffisamment en tous cas pour que, la prochaine fois que vous rencontrerez un.e life coach, vous ne lui demandiez pas si il ou elle « donne des conseils ». Et s’il reste des zones d’ombre, posez moi vos questions en commentaire !

2 commentaires

  1. AUDOUBERT sur 27 février 2020 à 20 h 12 min

    J’ai pas de questions, j’ai tout compris (Grace à ton livre 😉 )
    Et j’adore cet article ! Bravo, c’est absolument bien rédigé, clair drôle et concis, je le trouve parfait ! Merci 😘

    • Lauranne sur 28 février 2020 à 8 h 50 min

      Grâce à mon livre? Quel livre?
      Merci beaucoup pour ton commentaire et tes compliments, ça me fait très plaisir de savoir que mes écrits sont appréciés. Ça me motive à continuer!

Laissez un commentaire